D’accord

On travaille ensemble devant l’ordi.
Il m’explique.
Il parle. Il bouge ses mains aux doigts longs dans l’air. Elles sont rapides, elles font des mouvements ronds, mais fermes.
Lui, il parle. Moi, je regarde ces mains, je me distrais.
“Le système… bla bla bla bla… bla bla bla bla…, d’accord ?”
Et puis il glisse sur sont d’accord. Doucement. Il le laisse tomber dans l’air, souple. “D’accord ?”
“D’accord” fais-je avec un léger mouvement en avant de la tête. Je suis restée accrochée au dernier “r”, perdu dans l’air sans donner de son au “d” qui le suit, docile. Ce d’accord français qui ne demande pas d’accord du tout, juste un signal d’attention. Moi, franchement, je suis tout attentive… ça marche vachement.
“Et puis le compilateur marche… bla bla bla bla… bla bla bla bla…, d’accord ?”
Il y plane encore sur son d’accord. Ça descend, doucement. Et puis ça remonte, souple. “D’accord ?”
“D’accord” fais-je encore. Son petit “r” pas roulé reste à nouveau dans l’air. Et moi avec lui. Je suis les mouvement ronds de ses mains. J’ai les yeux curieux, qui bougent rapides. Les oreilles grandes ouvertes.
Il dit “d’accord” à chaque fin de phrase, en fait. Je dis “d’accord” tout de suite à mon tour pour qu’il ne remarque pas que je ne le suis qu’à moitié, plus attirée par la forme de ses paroles que pour ces contenus.
Il explique bien pourtant. C’est très clair. J’ai tout compris… ce que j’ai vraiment écouté…
“Finalement il y a ce programme qui tourne et… bla bla bla bla…, d’accord ?”
“D’accord”
C’est moi qui glisse cette fois-ci. Je trébuche un peu sur le “r”, comme toujours. Je cherche à refaire la curve ronde de son intonation. Ça descend. Et puis ça monte. Et puis ça marche. Mon “r” reste dans l’air. Et moi, accrochée, derrière lui.
Et l’autre qui a terminé de parler, qui ne bouge plus les mains, qui me regarde. Avec ses yeux curieux. Dans les miens. Curieux aussi.

Annunci

Informazioni su chiara mazza

Classe '82, sono dottore di ricerca in linguistica, amo le lingue e i viaggi, la psicologia, le filosofie. Mi piacciono soprattutto le parole. E le storie fatte di parole. E i pezzi di parola che fanno le storie. E il parmigiano. A scaglie, con l'aceto balsamico sopra.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...